Jacques Lecomte et l’état d’esprit appréciatif

Jacques Lecomte, est psychologue, né en 1955, l’un des principaux experts francophones de la psychologie positive. Docteur en psychologie, il est chargé de cours à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (sciences de l’éducation) et à la Faculté des sciences sociales de l’Institut catholique de Paris. Il est le président fondateur de l’Association française et francophone de psychologie positive (APP), créée en octobre 2009 qui rassemble des enseignants-chercheurs, des praticiens et des acteurs divers, qui se reconnaissent dans cette approche de l’être humain.

Jacques Lecomte est un partenaire ami de l’Institut. Nous faisons honneur à son livre qui nous  révèle par des démonstrations, que l’homme a des prédispositions à la bonté naturelle, la gentillesse, l’altruisme, l’humanité, la générosité. Il cite la notion africaine d’ubuntu, qui signifie bonté naturelle, repris par Mandela « La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut jamais éteindre »

Commentaire : Nous aimons ce livre car il met en exergue, études à l’appui, que l’être humain possède un capital de gentillesse, de sympathie et d’empathie, ce que les chercheurs ont pu découvrir récemment grâce aux neurosciences mettant à jour les fameux neurones miroirs*. Etre gentil renvoie au populaire « niais » que chacun a autour de soi, à la manière d’un « diner de con », champion du monde, exutoire trop facile.  La gentillesse et la bonté ont été décriées en entreprise au profit de la compétition, modèle de management de plusieurs entreprises, avec la croyance forte profondément ancrée, que mettre les gens sous tension au service des intérêts individuels est gage d’efficacité.  Lorsque je présente la Démarche Appréciative en conférence , j’ai  régulièrement la présence de petits personnages qui viennent me chatouiller : Les Bisounours sont cités en exemple, parcequ’ici je cite  » ce n’est pas le monde des Bisounours » sous entendu, être gentil c’est pas chez nous. De plus comme le dit un des protagonistes du débat présidentiel « le monde est dangereux », donc pas question de guimauve, ou attitude « lunette rose ».
Mais voilà ! tout l’art de ce livre est bien de restaurer aussi une certaine réalité, voire vérité, et donne à réfléchir aux personnes qui sans l’ombre d’un doute pensent, donc se pensent (il faut bien commencer par soi !) comme fondamentalement individualistes, égocentrées, méchantes, guerrières, et j’en passe… Oui le monde nous a montré cela, mais il nous a aussi montré le contraire. Certes le malheur est plus vendeur, les médias se frottent les mains à nous montrer en boucle des images horribles, et montrent rarement la paix, le bonheur, la satisfaction, la coopération, l’altruisme…
Jacques Lecomte prend un exemple flagrant en posant la question suivante : « connaissez-vous le président actuel de la Serbie ?  NON (en général très peu de personnes le connaissent) il s’agit de Boris Tadić. Il est lauréat du prix Nord-Sud attribué par le Conseil de l’Europe qui distingue son profond engagement et ses actions pour la promotion et la protection des droits de l’homme et pour la défense de la démocratie. Rien d’intéressant  pour les médias, ni pour l’homme moderne.
Par contre tout le monde se souvient de Milosevic et nous savons tous pourquoi….

L’état d’esprit Appréciatif qui pour certains relève d’une Bisounours attitude, procure au consultant une posture qui englobe une réalité. Celle-ci est composée autant d’éléments déficitaires et pour lesquels il a été consulté, mais aussi prend en compte les éléments positifs, les ressources et imagine les possibles. Bref cette posture rééquilibre « le monde » entre  le plateau négatif et le plateau positif. Donc rien de Bisounours, nous pointons simplement les bonnes notes du carnet. Il s’agit de mettre en valeur le meilleur de l’être humain, et nous avons tous une prédisposition à être, si ce n’est pas le meilleur, tous bon. Ce que Jacques Lecomte nous démontre par ce livre.

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans penseurs, philosophes, chercheurs, écrivains.... et état d'esprit appréciatif. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.