Sun Tse (SUN ZI) et l’état d’esprit appréciatif

Sun Tse est un général chinois du VIe siècle av. J.‑C. (544–496 av. J.-C.). Quelques phrases tirées du célèbre traité écrit entre le Ve et le IVe siècle avant notre ère. Traité concernant l’art de la guerre et probablement signant la naissance de la notion de stratégie. J’ai surtout retenu les idées de Sun ZI portant sur sa manière de conduire et d’encadrer les troupes. L’objet du combat ayant changé, nous ne menons plus de guerres traditionnelles, mais ses conseils trouvent toujours leur utilité et font écho dans notre monde actuel. D’ailleurs je pose la question de pouvoir manager des « troupes » sans avoir une attitude d’esprit de combat, qui se cache tant derrière le terme « compétition. ». Pour Sun ZI est privilégié d’abord le moral et la cohésion des troupes, l’importance de l’ « harmonie du peuple avec ses dirigeants »

Extraits choisis d’attitudes appréciatives :

SUN ZI dit : « S’il lève des troupes hors de saison, s’il les met en route lorsqu’elles doivent stationner, s’il ne connaît pas les lieux où exactement les conduire, s’il les poste mal, les fatigue sans utilité, les déplace sans nécessité ,  s’il ignore les besoins de chacun de ceux qui compose son armée, si chacun n’est pas à sa place selon ses aptitudes, afin qu’un bon parti soit tiré de celles ci, s’il ne connaît pas le fort et le faible de chacun et leur degré de fidélité, ………..s’il ne sait pas récompenser les soldats, tolère que les officiers briment les soldats, ne prévient pas les dissensions qui peuvent surgir parmi les chefs : un tel général qui commet ces fautes épuise l’état  d’hommes et de ressources ….. »
Commentaire : Pris à l’inverse SUN ZI conseille de réfléchir à une Vision claire, avant d’engager les équipes dans la stratégie. Une fois celle-ci établie, il mesure le niveau de ressources et de capacités avant de partir en chemin. Il est soucieux de la reconnaissance que les « managers » peuvent donner à leurs collaborateurs. Il est dans l’efficience car long est le chemin. Sa position est digne d’un Développement Durable des relations humaines.

SUN ZI dit : «  Si en outre, vous savez ce que vous pouvez et ce que vous ne pouvez pas et ce dont sont capables ou non vos subordonnés, si vous livrez cent guerres, cent fois vous serez victorieux. Si vous ne savez que ce que vous pouvez vous –même, mais ignorez ce que peuvent vos subordonnés, une fois vous serez vainqueur et une fois vous serez vaincu. Mais si vous ne vous connaissez vous même, ni vos subordonnés, autant de combats, autant de défaites »
Commentaire : Sun ZI mesure l’état des forces en présence avant le « changement »

SUN ZI dit : « Le bon est que les troupes demandent le combat et non pas la victoire, car les troupes qui veulent se battre savent qu’elles sont entrainées et aguerries alors que c’est la paresse et la présomption qui font réclamer la victoire et amène la défaite »
Commentaire : jouer ou gagner ! Le manager Appréciatif fixe un but qui est de gagner, une finalité qui est le gain de la victoire, son bénéfice et en vertu de cela défini ensuite l’objectif : jouer. Fixer les objectifs avant la finalité c’est gagner sans combattre, aucun effet. L’excitation est à son comble pendant le jeu. Une fois gagné, le retour au calme se fait, la victoire est assimilée rapidement alors que la préparation au jeu et le jeu lui même, procurent de grandes satisfactions.

SUN ZI dit : « Enfin, rappelez-vous les victoires qui ont été remportées, les circonstances de la lutte et vous saurez ainsi l’usage qu’on en a fait, les avantages qu’elles vous ont procurés ou les préjudices qu’elles ont causés aux vainqueurs »
Commentaire : L’Appreciative Inquiry dans tous ses états ! Découvrir les causes des succès et comprendre la stratégie de réussite pour bâtir l’avenir est le fondement du Manager Appréciatif

SUN ZI dit : A propos du positionnement des troupes géographiquement, Sun ZI choisit les hauteurs et du côté du midi… « Ainsi s’augmentent les chances de succès car le bien être et la santé, conséquences d’une bonne nourriture, donnent au soldat force et courage, tandis que la tristesse et la maladie l’épuisent et le découragent »
Commentaire : Prendre soin de ses collaborateurs, les nourrir correctement en terme de Sens, de reconnaissance, de savoir faire, les placer en hauteur en face du soleil, tout ceci garantit le bonheur donc le succès. Le bonheur précède le succès ! et non l’inverse !

SUN ZI dit : « Instruisez vos troupes en leur inculquant des notions pratiques, ne les ennuyez pas, ne les fatiguez pas, sans nécessité.  Le bon et le mauvais, le bien et mal est entre vos mains. Avec tel général une armé peut être méprisable, avec tel général invincible »
Commentaire : la réalité est dans votre main, elle comprend autant le bon que le mauvais. C’est un choix qui s’opère entre apprécier ce qui fonctionne bien et ce qui dysfonctionne. La réalité n’est donc pas que le mauvais côté des choses.

SUN ZI dit : « J’ai dit que l’amour pour les hommes en général, que la justice et la manière de répartir les châtiments et les récompenses étaient les fondements sur lesquels devait être bâtis tout système militaire…. » « Je dis qu’il faut aimer vos soldats, comme vos propres enfants »
Commentaire : Aimer ses collaborateurs pourrait se traduire aujourd’hui par les apprécier au sens positif du  terme. Etre juste, dans un cadre, et reconnaissant fonde le management de Sun ZI

 

 

 

Ce contenu a été publié dans penseurs, philosophes, chercheurs, écrivains.... et état d'esprit appréciatif. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.