Vivre deux fois une expérience optimale….en action et en souvenir

L EXPERIENCE OPTIMALE OU LE FLUX :

Mihaly Csikszentmihalyi, a observé que le niveau de satisfaction de l’individu s’élève lorsque celui-ci est engagé dans des actions où il met son ego de côté. En donnant de notre temps aux autres, nous nous oublions et oublions donc ce qui nous rendait soucieux. C’est ce que Csikszentmihalyi, appelle vivre une expérience optimale, une expérience autotélique ou le flow : « une situation dans laquelle l’attention est librement investie en vue de réaliser un but personnel parce qu’il n’y a pas de désordre qui dérange ou menace le soi. » Ses principales caractéristiques sont les suivantes : « une adéquation entre les aptitudes de l’individu et les exigences du défi rencontré, une action dirigée vers un but et encadrée par des règles, une rétroaction permettant de savoir comment progresse la performance, une concentration intense ne laissant place à aucune distraction, une absence de préoccupation à propos du soi et une perception altérée de la durée ». L’expérience optimale est une fin en soi ; elle est recherchée pour elle-même et non pour d’autres raisons que l’intense satisfaction qu’elle procure. ». C’est par l’action nous pouvons connaître le flow. En état de flow, les gens sont durablement concentrés sur l’objectif à atteindre ils sont au maximum de leurs capacités, mobilisent toutes leurs compétences et utilisent au mieux toutes ressources à leur disposition. Plus ils pensent qu’ils vont réussir, plus ils sont envahi par une émotion (ressentie physiquement, souvent sous la forme d’un « frisson dans l’échine ») qui les porte, « comme s’ils étaient sur un petit nuage » : rien ne semble pouvoir les arrêter !
Une des étapes clé de l’Appréciative Inquiry se situe lors de la phase Découverte (Discovery) où chaque personne raconte une histoire professionnelle réussie, vécue avec fierté, pendant laquelle son engagement  était total, et qui fut un moment au cours duquel la personne a mobilisé ses points forts. Un point fort étant le résultat d’un talent additionné à des savoirs et savoirs faire.
Christopher Peterson, mentione  alors que le « sujet » vit deux fois une belle expérience, d’une part en l’ayant vécu et d’autre part en se la remémorant …

 

 

Ce contenu a été publié dans psychologie positive. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.